« Les racines chrétiennes de la France », c’est de droite

Les attentats perpétrés par de jeunes musulmans souvent nés en France – donc Français, selon les lois actuelles – alimentent le débat sur « l’identité nationale ». Et dans ce contexte, à droite en particulier, nombreux sont ceux qui invoquent les « racines chrétiennes de la France ». Pourquoi cette expression est-elle essentiellement utilisée à droite ? Pourquoi met-elle en général la gauche si mal à l’aise ? Les gens de gauche seraient-ils si peu sûrs de leurs connaissances en histoire qu’ils refuseraient de se laisser entraîner sur ce terrain ?…

En fait, d’un point de vue historique, invoquer les « racines chrétiennes de la France » ne va pas forcément de soi. Il est indéniable que le passé chrétien de la France façonne bien des aspects de sa réalité actuelle, ne serait-ce qu’à travers ses paysages qui restent parsemés de clochers d’églises. Mais on pourrait tout aussi bien parler des « racines celtes » de la France, ou à l’inverse, plus proche de nous, des « racines révolutionnaires » de la France actuelle.

Pendant longtemps, on a appris aux petits Français que leurs ancêtres étaient les Gaulois. Mais, après les vagues d’immigration polonaise et italienne du début du XXème siècle, l’image d’une France peuplée de descendants des Gaulois n’était plus tenable. Et puis il fallait renforcer le sentiment d’appartenance des territoires d’outre-mer à la république. Aujourd’hui, s’arrêter sur les « racines chrétiennes » de la France, c’est faire le choix d’une France où Juifs et Musulmans sont des pièces rapportées. Et donc considérer que les Musulmans (pour les Juifs, c’est fait) doivent se fondre dans le reste de la population pour véritablement être Français. Ce qui signifie, par exemple, masquer tout signe d’appartenance à l’islam dans l’espace public.

Cette conception « assimilatrice » de l’intégration traduit un positionnement très à droite sur « L’identité et la responsabilité », le troisième de nos axes d’analyse gauche-droite : c’est parce que l’identité des personnes issues de l’immigration est très fortement marquée par leurs origines, qu’elles ne peuvent espérer s’intégrer à la communauté nationale qu’en faisant l’effort d’abandonner les valeurs, les manières de penser, les comportements attachés à cette identité.

IGAxe_IdeeXD

Pour la droite qui invoque les racines chrétiennes de la France, le but est ainsi de faire comprendre aux populations d’origine « visiblement » étrangère que c’est à elles de faire ce qu’il faut pour s’assimiler, à commencer par ne pas afficher leur appartenance religieuse quand elles sont musulmanes. Tandis que pour la gauche (du moins celle qui n’est pas à droite sur « l’identité et la responsabilité »), parler de « racines chrétiennes », c’est prendre le risque que les personnes qui ne ressembleraient pas aux Français « de souche » prennent cela pour une injonction d’assimilation, avec pour seule alternative : devenir invisibles, ou quitter la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *