Et si les électeurs du FN étaient juste des racistes de droite ?

Avec leur politique sécuritaire, François Hollande et Manuel Valls donnent l’impression de courir après les voix du Front National. Mais si les électeurs du FN étaient tout simplement… des racistes de droite ? Il serait alors étonnant qu’ils soient tentés de joindre leurs voix à celles des électeurs de l’actuelle majorité. Lire la suite

Liberté de droite, liberté de gauche

On entend souvent que la liberté est une valeur de droite. Pourtant, ces temps-ci, la défense des libertés est le mot d’ordre d’organisations de gauche et d’extrême gauche qui invitent à manifester contre l’état d’urgence. Mot d’ordre assez peu relayé par la droite, il faut bien le reconnaître… C’est peut-être parce que la gauche et la droite ne défendent pas la même « liberté ». Lire la suite

Retour sur la réforme du collège (1)

La sortie du deuxième livre-programme d’Alain Juppé, sur la sécurité, l’immigration et la laïcité, que les observateurs analysent comme un « virage à droite » après son premier livre sur l’éducation, nous donne l’occasion de revenir sur la réforme du collège, que, un peu seul dans son camp, l’actuel favori des sondages à droite n’a pas trouvée scandaleuse. Selon que cette réforme est plus ou moins inspirée par des idées de gauche, le « virage à droite » d’Alain Juppé sera plus ou moins spectaculaire. Lire la suite

La déchéance de nationalité pour les binationaux : la mesure qui venait de l’extrême droite

L’extrême droite n’aime pas les binationaux, c’est dans ses gênes.

Pour l’extrême droite, la nationalité est une qualité dont on hérite de ses parents à la naissance (on peut certes se la voir accorder si on l’a méritée, mais dans des cas très exceptionnels). Or, quand les parents sont de nationalités différentes – ce qui autorise, dans le droit français, à avoir la double-nationalité – cette qualité est viciée : on ne doit pouvoir faire allégeance qu’à un seul drapeau. Le binational est un traître en puissance. Au premier faux-pas (crime ou délit), quand il a démontré le peu d’estime qu’il porte à son appartenance à la communauté nationale, sa nationalité devrait pouvoir lui être retirée. Dans cette optique, déchoir de sa nationalité française un binational coupable d’acte de terrorisme est donc la moindre des choses. Lire la suite