Les positions proposées dans le test, classées sur un axe gauche-droite

ATTENTION :
Aucune position n'est en elle-même "de gauche" ou "de droite". On peut être de gauche et défendre une position classée ici à droite, et inversement. Ce classement gauche-droite n'est que le reflet de positionnements observés,
en moyenne, chez les gens classés à gauche et à droite.

Les positions sont numérotées de 1 (la plus "à gauche") à 5 (la plus "à droite").

Choisissez un thème :


Les impôts

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1-2 :
Il faut baisser les impôts qui pèsent sur les personnes les moins riches, et les augmenter sur les personnes ou les entreprises les plus riches pour faire jouer la solidarité, et donner à l'Etat les moyens de financer les services publics.

Position 3 :
Il faut baisser les impôts pour tous quand l'Etat en a les moyens, et les augmenter pour tous quand c'est nécessaire.

Position 4-5 :
Il faut une baisse générale des impôts pour permettre aux entreprises et aux particuliers d'investir plus d'argent dans l'économie, afin de créer davantage d'emplois.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


La mondialisation

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
La mondialisation de l'économie aggrave l'exploitation et la pollution des pays pauvres, et provoque des délocalisations qui détruisent des emplois dans les pays riches : il faut que des institutions internationales réellement démocratiques protègent les droits des populations (et non plus ceux des multinationales) et il faut taxer les profits de la mondialisation pour aider les pays pauvres à se développer.

Position 2 :
La mondialisation doit être encadrée : il faut que les institutions internationales (voire les Etats) imposent des règles pour mieux protéger les droits des salariés, l'environnement, et les secteurs sensibles des économies de chaque pays (comme par exemple l'agriculture ou la culture).

Position 3 :
La mondialisation peut être une chance : elle permet aux entreprises de trouver de nouveaux marchés, et les emplois perdus à cause des délocalisations sont en général compensés par ceux qui sont créés, qui sont des emplois plus qualifiés, et qui font progresser le niveau de vie ; mais il faut aussi que les gouvernements aident leurs populations lorsqu'elles ne trouvent pas leur place dans la mondialisation.

Position 4 :
La mondialisation est une chance, car l'ouverture des frontières donne accès à des marchés nouveaux, ce qui permet aux entreprises de créer des emplois : il faut donc faire tomber les "barrières" qui empêchent les produits et les services de circuler librement ; mais pour que les entreprises nationales en profitent, il faut les libérer le plus possible des contraintes réglementaires qui les désavantagent par rapport à leurs concurrentes étrangères.

Position 5 :
Il faut supprimer toutes les barrières douanières, en même temps que les subventions ou les réglementations nationales qui faussent la concurrence, pour que la concurrence entre les entreprises du monde entier puisse se faire sans entrave, et dans tous les domaines : c'est de cette façon qu'on obtiendra le plus d'efficacité économique, pour l'intérêt de tous.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


La pauvreté et l'exclusion

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1-2 :
L'Etat doit faire en sorte que chacun reçoive de quoi vivre décemment.

Position 3 :
L'Etat doit venir en aide aux plus démunis, mais il ne faut pas tout attendre de l'Etat.

Position 4-5 :
Plutôt que de trop assister les gens (ou de les inciter à profiter du système), il faut les responsabiliser afin qu'ils comptent plus sur eux-mêmes et moins sur l'Etat pour s'en sortir.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


Les services publics et la place de l'Etat

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
Il faut augmenter le nombre d'emplois publics, et consacrer beaucoup plus d'argent aux services publics afin que chaque usager, quels que soient ses moyens, ait accès à des services publics de qualité (pour la santé, l'éducation, la culture, l'eau, l'énergie, les communications, les transports collectifs...) ; les services publics ont une mission sociale, ils ne doivent pas chercher à être rentables.

Position 2 :
Tous les services publics ont une mission sociale - ne laisser personne à l'écart - que des entreprises privées ne pourraient pas assumer ; ils doivent disposer des moyens suffisants pour servir la collectivité, mais l'Etat doit aussi chercher à les rendre plus efficaces.

Position 3 :
Pour assurer leur mission sans représenter une trop lourde charge pour l'Etat, les services publics doivent devenir à la fois plus efficaces et moins coûteux ; quelques-uns (comme, par exemple, la poste ou le transport ferroviaire) peuvent être mis en concurrence avec des entreprises privées, et même être en partie privatisés - dès lors que l'Etat en garde le contrôle - ce qui les incitera à s'améliorer.

Position 4 :
L'Etat doit concentrer ses efforts sur ses principales missions de service public, et partager ses autres missions avec le privé (pour la sécurité sociale, la poste, les universités...) afin de faire baisser ses coûts de fonctionnement et de gagner en efficacité.

Position 5 :
L'Etat doit se recentrer sur ses trois véritables missions que sont la police, la justice et la défense nationale ; tout le reste peut être confié au privé, dont les méthodes de gestion sont bien plus efficaces.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


Les entreprises

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
Il faut que les profits des entreprises aillent en priorité aux salariés, et non plus aux actionnaires ; et il faut interdire les licenciements collectifs aux entreprises qui font des bénéfices, sous peine que ces entreprises soient réquisitionnées par l'Etat au profit de leurs salariés.

Position 2 :
Il faut imposer par la loi des avancées sociales dans les entreprises ; et il faut renchérir le coût des licenciements pour les entreprises qui font des bénéfices.

Position 3 :
Il faut aider en priorité les petites et moyennes entreprises en allégeant leurs charges et leurs contraintes administratives, et laisser patrons et syndicats négocier les modes de fonctionnement les mieux adaptés à chaque branche d'activité.

Position 4 :
Il faut que les entreprises supportent moins de charges sociales et moins de réglementations, pour qu'elles hésitent moins à embaucher et puissent être plus compétitives.

Position 5 :
L'Etat doit redonner aux entreprises toute leur liberté, en supprimant les prélèvements et les réglementations qui leur sont imposés et qui les handicapent dans leur développement.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


La religion

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
On doit accepter tous types de pratiques religieuses dès lors qu'elles sont librement consenties, même lorsqu'elles paraissent choquantes aux yeux de certains.

Position 2 :
Il faut combattre la morale religieuse, car elle empêche les gens de vivre et de penser librement.

Position 3 :
La religion peut parfois être un frein aux libertés individuelles, mais elle apporte aussi des réponses aux grandes questions de l'existence.

Position 4 :
Qu'on soit croyant ou non, on ne doit pas négliger les valeurs morales portées par la religion.

Position 5 :
Le message de la religion est primordial, car il nous guide dans notre vie en nous aidant à distinguer le bien du mal.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


L'homosexualité

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
Il faut une égalité totale des droits pour les homosexuels, qui doivent pouvoir vivre normalement, se marier, et élever ou adopter des enfants.

Position 2 :
Il faut reconnaître l’homoparentalité et tendre vers l’égalité des droits pour les couples homosexuels, qui doivent pouvoir vivre en affichant leur homosexualité s’ils le souhaitent.

Position 3 :
Il faut que le regard de la société sur les homosexuels change pour en finir avec les discriminations dont ils peuvent être victimes, mais il n’est pas souhaitable d’autoriser le mariage et l’adoption pour des couples homosexuels.

Position 4 :
Si l'homosexualité en elle-même n'est pas gênante, elle est gênante quand elle est affichée ; et il faut défendre le modèle traditionnel du couple, avec un père et une mère pour élever des enfants.

Position 5 :
L'homosexualité est dangereuse pour la société ; il faut s'élever contre tout ce qui pourrait l'encourager.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


Le droit à l'avortement

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1-2 :
Il faut défendre le droit des femmes à avorter librement et gratuitement.

Position 3 :
S'il faut garantir le droit à l’avortement, il faut aussi sensibiliser les femmes au fait qu'un avortement n'est pas un acte anodin.

Position 4 :
Les femmes doivent pouvoir avorter, mais dans des cas bien précis uniquement, quand leur santé est en danger, ou lors de grossesses consécutives à un viol.

Position 5 :
Il faut interdire l'avortement : avorter est toujours un crime.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


Les drogues

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
Il faut légaliser les drogues douces, et dépénaliser l'usage des drogues dures.

Position 2 :
Il faut légaliser le cannabis, en prônant, comme pour l’alcool, un usage modéré.

Position 3 :
La question des drogues est complexe : il faut avant tout tenir compte de l’avis des spécialistes.

Position 4-5 :
La légalisation du cannabis serait une grave erreur : il faut plutôt lutter contre l'usage de toutes les drogues.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


La lutte contre la délinquance

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1-2 :
La délinquance est d'abord le fruit de contextes difficiles (chômage, ghettos, problèmes familiaux, difficultés d'intégration…) ; pour obtenir des résultats durables en matière de lutte contre la délinquance, c'est donc à ces contextes qu'il faut, en priorité, s'attaquer.

Position 3 :
C'est souvent dans des contextes difficiles que se développe la délinquance (chômage, ghettos, problèmes familiaux, difficultés d'intégration…), mais le contexte n'explique pas tout ; c'est un juste équilibre entre prévention et sanctions dissuasives qu'il faut trouver pour lutter efficacement contre la délinquance.

Position 4-5 :
Chacun est responsable de ses actes : on peut toujours décider de ne pas tomber dans la délinquance ; aussi, pour dissuader les délinquants de passer à l'acte, il faut que les sanctions encourues soient vraiment dissuasives.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


Droit de vote et nationalité

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
Tous les étrangers résidant en France doivent avoir le droit de vote, quelle que soit leur nationalité.

Position 2 :
Tous les étrangers, d'où qu'ils viennent, qui sont installés depuis longtemps en France, doivent pouvoir voter au moins aux élections locales ; et il faut leur faciliter l'acquisition de la nationalité française.

Position 3 :
Seuls les Français doivent avoir le droit de vote ; et tous les gens qui sont nés et qui vivent en France, quelle que soit leur origine, doivent avoir la nationalité française.

Position 4 :
Seuls les Français doivent avoir le droit de vote ; et ne doivent pouvoir devenir français que les immigrés qui montrent leur attachement à la France, en faisant des efforts pour s'intégrer, et en faisant une démarche volontaire pour obtenir la nationalité.

Position 5 :
Seuls les Français doivent avoir le droit de vote ; et, sauf exception, on ne peut pas être français sans avoir des parents français : il faut appliquer le "droit du sang", et non le "droit du sol".

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées


L'immigration

De la position la plus "à gauche" à la position la plus "à droite" :

Position 1 :
Les problèmes liés à l'immigration ne proviennent pas des immigrés, mais du contexte (économique, social, historique...) dans lequel l'immigration se produit, et la première urgence est de faire respecter les droits des immigrés, qu'ils soient en situation régulière ou non.

Position 2 :
Pour faciliter l’intégration des immigrés, il faut lutter contre le chômage, qui incite au repli sur soi, et faire respecter les droits des immigrés en luttant contre les discriminations dont ils peuvent être victimes.

Position 3 :
Pour que l’intégration soit réussie, il faut, à la fois, que les immigrés soient moins discriminés, et qu’ils respectent les valeurs du pays d’accueil.

Position 4 :
L'intégration fonctionne quand les immigrés sentent qu'ils ont non seulement des droits, mais aussi des devoirs ; et il est important de lutter contre l'immigration clandestine.

Position 5 :
Certains immigrés resteront toujours des étrangers : leur place serait plutôt dans leur pays, pour notre bien et pour le leur.

  Choix des personnes testées, selon leurs tendances déclarées